Site dynamique
ou site statique

Et si on mangeait dehors ce soir ?

Non, un site dynamique n’est pas truffé de bons vieux Gifs animés pour faire joli. Par bonheur, ce type d’ornements a fini par disparaître de la toile. Il était temps ! Pour comprendre ce qu’est un site dynamique, il faut se pencher un instant sur le sens informatique du terme. Un site est soit dynamique, soit statique.

Des boîtes et des contenus

Nous avons vu ici qu’une page web n’était en réalité pas constituée de vos textes ni de vos images, mais uniquement de code. Examinons maintenant celui-ci de plus près. Si vous lisiez le code d’une page HTML de A jusqu’à Z, vous pourriez y trouver des éléments de différentes natures, chacun ayant son rôle bien défini. Nous allons distinguer deux types d’informations différentes.

Comprendre la structure d'un site internet

Nous trouvons d’une part un code dédié à la “structure” de la page, composée de plusieurs blocs sur votre écran. Par exemple un bandeau en haut de votre page puis trois blocs en dessous, destinés à contenir des articles.

Les contenus d'un site internet dans me code

Puis, une autre partie du code est réservée aux “contenus” à proprement parler. C’est-à-dire le texte ou les images affichés au sein de vos différents blocs. Soit un message d’accueil “Bienvenue”, puis un article A, un article B et enfin un article C.

Une petite visite au restaurant

C’est ici que la différence se joue entre sites statiques et dynamiques.

Schéma site internet statique

Dans le cas d’un site statique, le code comporte aussi bien les informations de structure (un bandeau et trois blocs) que les informations de contenus (dans le bandeau il est écrit “Bienvenue”, dans le premier bloc nous trouvons l’ensemble du texte de l’article A et ainsi de suite). Autrement dit, le code de votre site statique comporte tous les éléments nécessaires à l’affichage de votre page : la structure comme les contenus.

Schéma site internet dynamique

Le site dynamique, lui, fonctionne selon un principe légèrement différent. Le code de vos pages contient toujours les informations de structure, c’est en quelque sorte l’ossature de vos pages. En revanche, vos contenus ont… disparu ! Pas de panique, ils sont toujours quelque part. Ils ont en réalité été externalisés et sont rassemblés dans une base de données.

Sans entrer dans des détails techniques fastidieux, imaginez une base de données comme un classique tableau Excel. Chaque ligne est dédiée à un contenu particulier. La première ligne contient par exemple le texte “Bienvenue”, la deuxième ligne le texte de votre article A, etc. Dans ce cas, lorsqu’un internaute affichera votre page web, la structure sera chargée par votre navigateur et le bloc bandeau demandera à votre base de données le contenu de la ligne 1. Votre bandeau affichera donc fièrement “Bienvenue”, tout comme dans le cas de notre site statique.

Pour faire simple, nous sommes en présence de deux types de restaurateurs. Le premier est le plus classique. Après avoir pris votre commande, il vous apporte votre assiette déjà garnie. Tout est là, vous n’avez plus qu’à déguster. Le second a choisi d’opter pour un fonctionnement de type self-service. Dans un premier temps, il vous propose… une assiette vide ! Il vous incombe ensuite de rejoindre le buffet et de déposer dans votre assiette ce que vous souhaitez manger. L’ensemble des plats proposés par le buffet fait ici office de base de données.

Fromage ou dessert ?

Mais alors, si le résultat est le même au final, pourquoi vous embêter avec tout ça ? À vrai dire, cette différence de processus a des implications importantes. Nous avons vu que le code d’une page statique contenait l’ensemble des informations nécessaires à son affichage. Résultat : son chargement est souvent plus rapide et nécessite moins de ressources. D’autre part, toute modification de la page (ajout d’un article, modification d’une image, etc.) nécessitera un travail sur le code et donc l’intervention d’un professionnel. Ce n’est pas forcément long ni coûteux, mais il faut le savoir.

Les sites dynamiques, un peu plus lourds à charger pour l’internaute, font de leur côté preuve de davantage de souplesse. Ainsi, leurs contenus peuvent être mis à jour par les entreprises en interne, puisqu’aucune intervention sur le code n’est nécessaire. Pour cela, il suffit de se connecter à une interface de gestion ; vous vous retrouvez alors face à un éditeur proche d’un traitement de texte. Vous rédigez un article qui sera dans un premier temps ajouté à la base de données. Dès qu’un internaute visitera votre site, votre nouvel article sera automatiquement publié et visible.

Pour revenir à notre métaphore, le gérant de cafétéria pourra ajouter sans difficulté un plat de carottes râpées aux entrées de son buffet. Ceci n’entraîne pas de changement particulier de fonctionnement pour son établissement. En revanche, la modification d’un plat de la carte du restaurant traditionnel nécessitera l’intervention d’un chef, ainsi que la modification de la carte.

Un site statique est en quelque sorte réalisé à la main, en rédigeant son code, à partir de zéro. Le site dynamique, lui, repose sur une architecture préexistante appelée Système de Gestion de Contenus (ou CMS en anglais). Il s’agit d’un ensemble complexe de fichiers et de dossiers qui servira de base à la réalisation de votre site. Les plus connus s’appellent Joomla, Wordpress ou encore Drupal.

La conclusion de cette petite visite est simple : aucun des deux établissements n’est préférable à l’autre, l’essentiel est d’opter pour la solution la plus adaptée à votre situation. Aurez-vous très souvent besoin d’ajouter vous-même de nouveaux contenus à votre site (articles vendus en ligne, actualités, blog, mais aussi ajout de membres identifiés, messages de forums, etc.) ? Ou accorderez-vous la priorité à un site plus léger et rapide à charger pour vos visiteurs (sites vitrines) ? Si vous hésitez encore, votre prestataire sera en mesure de vous conseiller au mieux selon vos besoins.